Rechercher
  • Urbanistes HdF

Les 100 ans de la Loi Cornudet

Bruno FERACCI, Président d'honneur de la SFU ...

La loi Cornudet, du nom du député qui l'a rapportée devant l'Assemblée nationale, première


loi française traitant de la planification urbaine, a eu cent ans l'année dernière. Votée le


14 mars 1919, cette loi prescrivait pour toutes les communes de plus de 10 000 habitants, l'élaboration d'un Plan d'Aménagement, d'Embellissement et d'Extension (PAEE) [1]. Cette obligation était étendue à toutes les communes du département de la Seine, aux communes touristiques (st


ations balnéaires, maritimes, sportives, ...) qui voyaient leur population doubler, voire au-delà, à certaines époques de l'année, et aux agglomérations présentant "un caractère pittoresque, artistique ou historique". Enfin, s'agissant d'une loi édictée juste après la fin de la 1ère guerre mondiale, cette même obligation s'imposait, quelle que soit l'importance de la population, à toute agglomération "totalement ou partiellement détruite par suite de faits de guerre", mais aussi "d'incendie, de tremblement de terre ou de tout autre cataclysme".

Elaborée à partir des réflexions menées par la section d'hygiène rurale et urbaine du Musée Social et développées à sa suite par la Société Française des Urbanistes (SFU) créée en 1911, cette loi vit en effet de très nombreuses communes françaises se doter de PAEE. Cependant ces plans furent rarement mis en œuvre : si la loi faisait obligation d'élaborer des PAEE, elle ne comportait en effet aucune prescription quant à leur mise en œuvre, et n'était dotée d'aucun volet foncier. Elle traduisait en revanche une méthode de travail pour l'élaboration de ces plans, méthode que les urbanistes français ont exporté pour élaborer nombre de plans de développement urbain à l'étranger. On citera, à titre d'exemple et sans prétendre être exhaustif : Casablanca, Alger, Tunis, Beyrouth, etc., dans les anciennes colonies françaises, mais aussi Istanbul, Caracas, Buenos Aires, ou encore Saint-Joseph dans le Missouri...

A l'occasion de la Journée Mondiale de l'Urbanisme, le 8 novembre [2], la Société Française des Urbanistes a saisi le prétexte de cet anniversaire pour organiser un colloque national qui posait, 100 ans après la promulgation de la loi Cornudet, la question de l'ambition que peut affirmer l'urbanisme aujourd'hui. Accueilli par la Métropole Grand Lyon, ce colloque a réuni une centaine de participants dont 8 lauréats d'un Grand prix de l'Urbanisme, national ou européen. Réunissant architectes, paysagistes, ingénieurs, géomètres, économistes, sociologues, géographes, historiens et philosophes, il a confronté, par le biais de deux tables rondes prolongées par des débats animés et passionnés, mais courtois et sympathiques, les points de vue d'enseignants et de chercheurs avec ceux de praticiens (certains cumulant les deux statuts...), sur les objectifs que peut s'assigner l'urbanisme contemporain. Il s'agissait en particulier de réfléchir à la signification actuelle des notions d'aménagement, d'embellissement ou d'extension, et de questionner pour chacune d'elle les acteurs à mobiliser, les outils dont nous disposons et les ambitions qu'il y a lieu d'affirmer.

La Société Française des Urbanistes travaille actuellement à la rédaction et à la mise en forme des actes de ce colloque qui seront adressés à tous les participants et publiés sur son site internet. Sans attendre, on peut déjà prendre connaissance de certaines des interventions sur You tube dans la séquence ci-dessous.

[1] Comme partout en France, les villes de l'actuelle région des Hauts de France se sont dotées d'un PAEE. On peut citer Rou­baix et Tourcoing avec le plan Greber de 1921, qui élabora ensuite celui de Lille après concours, avant que la Municipalité ne confie la conception d'un nouveau plan à Dubuisson, Dunkerque avec le plan Jaus­sely de 1922, Arras avec le plan des frères Danger de 1922, ou bien Amiens avec le plan Duthoit en 1923.

[2] Instituée le 8 novembre 1949 par le professeur Carlos Maria della Paolera de l’Université de Buenos Aires, afin de faire croître l’intérêt du public et des spécialistes pour l’urbanisme, tant à l’échelon local qu’à l’étranger, la Journée Mondiale de l’Urbanisme a pour objectif de mettre en perspective les impacts environnementaux liés au développement des villes et des territoires. Elle est célébrée dans une trentaine de pays au monde. En France, à de la SFU qui a organisé un événement chaque année à cette occasion, aucune institution ne semble s'y intéresser.

VIDEO du COLLOQUE SFU

Marlène GHORAYEB architecte, docteure en urbanisme, enseignante

dresse une fresque historique des urbanistes qui ont inspiré puis appliqué la loi Cornudet. Exportation, universalisme, méthodes, pittoresque, respect du site et du local... autant d'enseignements plus que jamais d'actualité

8 novembre 2019


11 vues

©2020 par urbanistes des hauts de france. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now